Votre profession

TPE & PME

Vous êtes dirigeant d’une grande entreprise et souhaitez mener des travaux dans vos locaux ?

Vous travaillez pour une société qui souhaite ouvrir de nouveaux bureaux ?

Vous souhaitez rendre vos locaux plus attractifs ?

L'après COVID

Concernant la conception du milieu du travail comme la manière dont nous avons de vivre notre lieu de travail, nous pouvons dire que le covid a eu de fortes influences et a contraint les mentalités à évoluer.

Si de nombreuses problématiques sont abordées par votre service des ressources humaines, il a parfois besoin d’un soutien extérieur qualifié pour l’accompagner dans cette transition.

Les traductions spatiales sont multiples et complexes, elles peuvent parfois être conduites par la volonté de la direction de changement dans ses locaux pour accompagner une nouvelle image d’entreprise ou encore par un petit groupe du personnel qui soulève la nécessité de rentrer dans la transition spatiale.

Nous constatons que pour beaucoup des entreprises du tertiaire, l’image de marque a été un pilier de maintient pendant le covid mais aussi que la crise de l’immobilier et du bâtiment, dans lequel nous sommes encore aujourd’hui, demande aux sociétés de conduire une réflexion sur l’impact et le besoin des surfaces immobilières. Ainsi la mutation des plateaux de bureaux est aujourd’hui inévitable et relève souvent d’un besoin soit lié à un territoire tendu soit lié à un investissement trop lourd mais un fort besoin lié au développement.

YPSÉ est en veille constante sur ces sujets liés aux modes de travail et à l’immobilier et sera ravie de vous accompagner sur ces sujets .

La QVCT

Qualité de Vie et des Conditions de Travail est définie comme étant “les conditions dans lesquelles les salariés exercent leur travail et leur capacité à s’exprimer et à agir sur le contenu de celui-ci, qui déterminent la perception de la qualité de vie au travail qui en résulte”.

Toutes formes d’entreprises et de toutes échelles.

La performance et l’innovation d’une entreprise est intrinsèquement liée à l’engagement de ses salariés, cet engagement dans leur entreprise ne peut se faire aujourd’hui qu’à condition de proposer un cadre offrant de bonnes conditions de travail, des opportunités de carrière, un management positif ou encore une bonne ambiance. C’est ainsi que vous nous entendrez parler de la rétention des salariés.

Bien que non obligatoire, la QVCT aide à répondre aux attentes et à la réglementation du droit du travail et permet, souvent, de mieux connaître vos collaborateurs. Avoir conscience des problématiques internes offre la possibilité de réagir en fonction mais aussi à remettre en perspective le fonctionnement interne d’une entreprise pour soit la rendre plus performante soit maintenir ses performances.

Chaque année la QVCT est mise à l’honneur pendant une semaine. A cette occasion, YPSÉ publie un article par jour pour vous sensibiliser et vous tenir informé des derniers sujets ou évolutions. Alors n’hésitez pas à aller voir notre journal.

La RSE

La Responsabilité Sociétale des Entreprises définit comme “la contribution volontaire des entreprises aux enjeux du développement durable, aussi bien dans leurs activités que dans leurs interactions avec leurs parties prenantes, concerne trois domaines : environnemental, social et sociétal.”

La norme ISO 26000, standard international, définit le périmètre de la RSE autour de sept thématiques centrales :

  • la gouvernance de l’organisation
  • les droits de l’homme
  • les relations et conditions de travail
  • l’environnement
  • la loyauté des pratiques
  • les questions relatives aux consommateurs
  • les communautés et le développement local.
 

Concernant le cadre législatif et réglementaire, la France s’est dotée progressivement d’un cadre législatif et réglementaire pour prendre en compte la RSE.

Depuis l’entrée en vigueur de la loi PACTE du 22 mai 2019, de nouvelles dispositions sont entrées en vigueur pour renforcer la RSE :

  • l’article 1833 du Code civil a été modifié afin que l’objet social de toutes les sociétés intègre la considération des enjeux sociaux et environnementaux
  • l’article 1835 du Code civil a été modifié pour reconnaître la possibilité aux sociétés qui le souhaitent de se doter d’une raison d’être dans leurs statuts
  • le statut d’entreprise à mission a été créé.
 

Les actions mises en place via la RSE visent à favoriser la qualité de vie au travail, à encourager le dialogue dans un cadre de travail serein. La RSE intègre également des valeurs en matière d’égalité, de non-discrimination et de juste rémunération au sein de l’entreprise.

Si aujourd’hui, il est complexe d’analyser la RSE d’une entreprise et compliqué de faire ressortir des chiffres précis et compréhensibles de tous, les démarches sont de plus en plus précisées et encadrées. Cette facette longtemps négligée par les dirigeants est de plus en plus mise en valeur par les entreprises l’ayant mis en place et leur permet de quantifier et mesurer la position de leur entreprise face au marché et avoir une analyse interne de la santé de leur entreprise autre que comptable.

La question écolo

L’écologie fait aujourd’hui partie intégrante de notre vie privée mais il reste encore énormément de travail à faire dans notre milieu professionnel.

Les collaborateurs souhaitent aujourd’hui que leur effet personnel soit conduit dans leur quotidien professionnel et soient très sensibles au tri sélectif mais aussi à l’orientation et aux choix de l’entreprise.

Il apparaît même que certains postulants considèrent comme un critère la position de la société sur ce sujet.

Décret tertiaire

Initié en juillet 2010 par la loi Grennelle 2, le décret tertiaire ou décret de rénovation tertiaire à une première fois été publié en le 9 mai 2017 au Journal Officiel, après un report de publication pour des questions budgétaires sous l’administration Sarkozy entre 2010 et 2017, puis suspendu totalement à peine 2 mois après cette première publication. Un second décret est publié le 23 juillet 2019 relatif aux obligations d’actions de réduction de la consommation d’énergie finale dans les bâtiments à usage tertiaire.

Il est détaillé dans le Loi de Transition énergétique , article 17, qui fixe les modalités d’application.

Ainsi, depuis cette date des délais et objectifs sont fixés pour tout bâtiment dont une partie ou la totalité est réservé à l’exercice d’activité tertiaire, de plus de 1 000 m2, l’objectif étant d’atteindre une réduction de 60 % des consommations d’ici 2050, relativement à 2010.

Pour atteindre cet objectif ambitieux, aussi appelé dispositif Eco Energie Tertiaire, des objectifs intermédiaires ont été fixés par décret : -40% en 2030, -50% en 2040 puis -60% en 2050. Pour ce faire, une plateforme de déclaration des consommations, OPERAT, a été créée avec obligation pour tous les bâtiments concernés de déclarer annuellement leurs consommations réelles.

  • 23 juillet 2019 : publication du décret tertiaire créant l’EET
  • 1er octobre 2019 : entrée en vigueur de l’EET
  • 30 septembre 2022 : 1ere échéance de remontée des données de consommations 202 et 2021 sur OPERAT et
  • déclaration de l’année de référence.
  • 31 décembre 2022 : tolérance accordée pour effectuer les premières remontées de données des consommations 2020/2021.
  • Fin 2024 : analyse détaillée des données 2020-2023.
  • Fin 2031 : vérification de l’atteinte des objectifs de la 1ère décennie.
  • Améliorer la performance énergétique du bâtiment via des travaux sur son enveloppe : isolation, menuiseries extérieures, protections solaires…
 
  • Installation d’équipements performants (chauffage ECS, éclairage…) et de dispositifs de contrôle et de gestion active de ces équipements.
 
  • Optimisation de l’exploitation des équipements : suivi de la gestion active des équipements, contrat d’exploitation avec objectif de résultats …
 
  • Adaptation des locaux à un usage économe en énergie : adaptation de l’éclairage au poste de travail, extinction automatique de l’éclairage et des postes…
 
  • Incitation des collaborateurs à adopter un comportement écoresponsable : réduction du stockage de données informatiques, extinctions des équipements, réduction voire suppression des consommables …

Afin de réussir ce challenge, il apparaît nécessaire que chaque entreprise concernée fixe un cahier des charges précis des travaux à mener selon une étude et l’élaboration d’une stratégie adaptées. S’entourer d’une équipe de professionnels sachants et avec une vision globale du site sera essentielle à cette réussite.

Les différents espaces

Dans le cas des grandes et moyennes entreprises, le plus important est de définir ensemble un programme exhaustif.
Notre compréhension de votre société nous permettra de vous apporter une réponse spatiale forte et adaptée. Ainsi le projet pourra être conduit de la plus efficace des manières.

Pour ce faire, nous passons par un listing précis de vos effectifs, de chaque poste de travail et des interactions entre vos collaborateurs et services. C’est ainsi que nous verrons se dessiner un schéma des flux internes et que nous pourrons soit les valoriser dans vos espaces soit vous proposer d’autres schémas qui vous permettraient de faire évoluer vos méthodes de travail ou de questionner vos habitudes.

YPSÉ assume pleinement la conviction que chaque entreprise à un fonctionnement différent. Oui, le champ lexical usité est similaire, mais entre la marque employeur, l’image de marque et le développement de l’entreprise, chaque société à des besoins spécifiques qui se révèlent dans l’espace et qui doivent être soulignés pour faciliter les interactions internes et fluidifier les échanges.

Les aménagements ont un réel impact sur la productivité de vos salariés de part ce schéma révélé par le programme mais aussi de part leur ergonomie ou les choix menés. Le choix, par exemple, d’un open space devra être mesuré et n’est pas forcément la réponse, ce type d’agencement devant avoir une réponse détaillant les ouvrages spécifiques et étudiant les besoins acoustiques pour ne pas créer un volume néfaste à l’usage. Le quotidien de vos collaborateurs étant au cœur de la réflexion, notamment leur confort.

Par exemple, le choix de travailler en Open space devra être mesuré et l’espace aménagé en conséquence notamment pour réduire les nuisances acoustiques, pour envisager la confidentialité ou encore améliorer la concentration de vos collaborateurs. Leur confort et leur performance sont au cœur de la réflexion.

Chaque projet est singulier, tout comme votre entreprise, contactez-nous et nous pourrons discuter de votre projet qu’il soit de petite échelle ou révélant un projet de grande envergure.